exposé


exposé

exposé [ ɛkspoze ] n. m.
• 1638; de exposer
1 ♦ UN EXPOSÉ DE : développement par lequel on expose (un ensemble de faits, d'idées). ⇒ analyse, compte (rendu), description, énoncé, narration, rapport, récit. Faire un exposé complet de la situation. Exposé chronologique des faits. historique. « Ils faisaient à la cour un exposé faux, et par conséquent dangereux, des forces que le parti de ce prince avait » (d'Alembert).
Dr. Exposé des motifs : considérants qui précèdent le dispositif d'un projet, d'une proposition de loi.
2 ♦ UN EXPOSÉ : développement méthodique sur un sujet précis, didactique. Exposé oral. communication, conférence, leçon; fam. laïus, topo. Exposé écrit. discours, 1. écrit, 2. mémoire, note. Faire un exposé sur un sujet. « un rapide exposé qui [...] prenait pour sujet l'histoire des Électeurs de Brandebourg » (R. Roussel).

exposé nom masculin Développement explicatif, écrit ou oral de quelque chose ; analyse : Faire un exposé de la situation. Bref développement sur un sujet précis : Le texte de l'exposé sera photocopié.exposé (expressions) nom masculin Exposé des motifs, texte qui accompagne les projets ou propositions de lois, où sont expliquées les raisons qui en justifient l'adoption. ● exposé (synonymes) nom masculin Développement explicatif, écrit ou oral de quelque chose ; analyse
Synonymes :
- compte-rendu
Bref développement sur un sujet précis
Synonymes :
- conférence
- leçon
- topo (familier)

exposé
n. m.
d1./d Développement dans lequel on présente des faits, des idées. Exposé d'une théorie.
d2./d Bref discours didactique. étudiant qui fait un exposé.

I.
⇒EXPOSÉ, subst. masc.
A.— [Construit avec un compl. introduit par de] Discours oral ou écrit, où sont présentés selon un ordre déterminé par les règles d'une discipline ou la situation d'énonciation, des données de fait, le contenu d'une discipline, d'une doctrine ou d'une œuvre, les termes d'un problème dans le but d'informer ou de fournir la matière d'une discussion.
1. [Le compl. désigne un type de message ou un type d'obj. de discours] Il ne suffit pas d'être attentif à l'exposé d'un problème pour le résoudre (COUSIN, Hist. philos. XVIIe s., t. 2, 1829, p. 498). L'apparente allure idéaliste que prennent souvent les exposés de la relativité (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, p. 274). Kant l'avait compris dans l'exposé des postulats de la raison pratique (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 22) :
1. Puis un article assez vulgaire, de La Plume consacré à Jean Moréas, mais pour moi capital car il enferme l'histoire de l'école nouvelle et l'exposé de ses rêves. J'y apprends que Maeterlinck est symboliste (de leur école veux-je dire) — et toutes leurs théories, toutes leurs professions de foi me semblent une apologie directe de mon livre...
GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1891, p. 46.
Faire l'exposé de, un exposé de. Présenter sous forme d'exposé. Il fit un exposé de son cas, et passa en revue les diverses phases qu'il avait traversées ces derniers mois (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 789). Les deux ministres tunisiens (...) leur ont fait un exposé de la situation en Tunisie (Combat, 19-20 janv. 1952, p. 1, col. 2).
En partic., DR. LÉGISL. Exposé des motifs. Discours présentant les considérants qui précèdent le dispositif d'un projet ou d'une proposition de loi aux fins d'explication ou de justification. L'exposé des motifs du plan concluait en ces termes :« il dépend de nous aujourd'hui que la France reste un grand pays moderne dans dix ans » (GOLDSCHMIDT, Avent. atom., 1962, p. 98).
Spéc., littér. [Le compl. désigne un contenu de conscience; cf. exposer C 1 c] Je vous épargne les réflexions qu'elle m'a fait faire et l'exposé des sentiments qu'elle m'a causés (FLAUB., Corresp., 1848, p. 80). Quand on aura lu cet exposé des impressions et des réflexions de ma vie, on verra bien que je ne me suis jamais mise en scène sous des traits féminins (SAND, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 134).
P. anal. [Dans la lang. de la critique mus., picturale] Il suffit de les [œuvres d'art] regarder et de savoir ressentir leur muet exposé (HUYGHE, Dialog. avec visible, 1955, p. 358). Absol. Il ne faudrait pas y [dans la musique concrète] chercher des exposés, des mouvements, des détails (SCHAEFFER, Rech. mus. concr., 1952, p. 104).
2. Vieilli. [Le compl. désigne l'obj. précis de l'acte de communication]
a) Compte rendu, récit. À son retour de Moscow ou de Leipsick, après l'exposé du désastre au Conseil d'état, il [Napoléon] dit :« On a répandu dans Paris que les cheveux m'avaient blanchi... » (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 225). À l'exposé de ces vilenies, le lecteur un peu littéraire jette le journal (STENDHAL, L. Leuwen, t. 2, 1835, p. 338).
b) Description. Après cet exposé des organes extérieurs du mouvement des larves, nous croyons utile de décrire en particulier les muscles de quelques-unes (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 431).
B.— [Construit avec un compl. prép. introduit par sur] Discours, généralement oral, où sont présentés des éléments d'information et un point de vue personnel sur un sujet donné :
2. Le lundi 21 janvier 1952 au Centre d'Études Sociologiques, 54 rue de Varenne, Paris 7e, à 17 heures, exposé de M. H. Lefebvre sur : Sociologie de la littérature française classique.
Combat, 19-20 janv. 1952, p. 8, col. 2.
En partic., PÉDAG. Exercice, généralement oral, consistant à présenter de façon ordonnée et développée des éléments d'information sur un sujet donné. Un exposé sur Platon me valut de la part de mes condisciples (...) des compliments (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 295). Un élève fera un exposé sur les fusées (DAVAU-COHEN 1972).
Absolument :
3. L'exécution de l'exercice intéresse la classe entière. L'exposé peut être préparé et présenté par un élève ou par un groupe d'élèves se répartissant la tâche. Il doit être parlé, avec l'aide d'un canevas ou de notes, et non pas lu. La durée en est normalement de quinze à vingt minutes (...). L'exercice perdrait la plus grande partie de son intérêt s'il ne laissait place à une appréciation collective et à un débat...
Circulaire, n° 73027, 12 janv. 1973 ds Recueil des lois et règlement de l'Éduc. nat., vol. V, 2e part., p. 18.
C.— Absolument
1. [Élément, en tête ou à la fin d'un énoncé, employé par un locuteur pour référer au contenu de son discours ou au discours lui-même] On voit par cet exposé, que la clavicule existe dans tous les animaux qui portent souvent leurs bras en avant (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 245). Nous allons voir en effet dans l'exposé suivant que les systèmes ne sont que des vues hypothétiques (BERNARD, Princ. méd. exp., 1878, p. 81) :
4. L'information, entendue dans l'une des acceptions provisoires de la cybernétique, comme la communication efficace d'une structure, sera constamment sous-jacente à mon exposé.
PERROUX, L'Écon. du XXe s., 1964, p. 400.
2. Rare. [Qualifié par un adj. désignant une discipline ou une démarche intellectuelle] Démarche didactique ou intellectuelle suivie dans un exposé. Des schémas très simples, les seuls susceptibles d'exposé mathématique (RUYER, Esq. philos. struct., 1930, p. 241).
3. P. méton., rare. Forme matérielle de l'exposé, généralement communication orale. Il écoutait à peine. — Tiens! fit-il, au milieu de mon exposé. Vous avez là un bronze que je ne connaissais pas, ma chère. Où l'avez-vous déniché? (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 212).
Prononc. :[]. Cf. é-1. Étymol. et Hist. Cf. exposer 1d. Fréq. abs. littér. :2 412. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 4 699, b) 2 445; XXe s. : a) 2 820, b) 3 241.
II.
EXPOSÉ, ÉE, part. passé et adj.
I.— Part. passé de exposer.
II.— Emploi adj.
A.— [Correspond à exposer A]
1. Vx. Qui est visible, en vue. Les trésors de Napoléon? Ils sont immenses (...) mais ils sont exposés au grand jour. Les voici : le beau bassin d'Anvers, celui de Flessingue (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 139). Il paraît beaucoup de brochures (...) quoique les plus hardies ne soient pas les plus exposées, peut-être, il semble à première vue que l'on peut prendre ce moyen de se mettre mal avec l'État (VEUILLOT, Odeurs de Paris, 1866, p. 6).
2. Qui est présenté au public dans le cadre d'une exposition, dans une vitrine, etc. Un manteau comme il y en avait d'exposés dans les magasins du faubourg (ROY, Bonheur occas., 1945, p. 402).
Littér., rare. Qui est exhibé. Les bras charnus ou fluets, les seins exposés, les croupes en devanture (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 254).
B.— [Correspond à exposer B]
1. [Correspond à exposer B 1]
a) [Le compl. prép. désigne un agent physique] Qui est soumis à l'action de. La résistance organique augmente chez les gens exposés à des alternatives de chaud et de froid (CARREL, L'Homme, 1935, p. 369).
Au fig. Les chagrins (...) se mêlent à la rapide circulation de vos pensées et de vos rêves, et par là sont plus exposés et plus tendres aux bonnes influences (M. DE GUÉRIN, Corresp., 1836, p. 242). L'émancipation théologique (...) se répandit (...) sous l'impulsion des Templiers, mieux exposés aux contacts musulmans (COMTE, Catéch. positiv., 1852, p. 366).
b) Spéc. [En parlant d'un site, d'un bâtiment, d'une partie d'un bâtiment] Qui est placé sous l'influence d'un facteur climatique. L'endroit du vaisseau le moins exposé aux variations de l'atmosphère des parages qu'on rencontrera (Voy. La Pérouse, t. 1, 1797, p. 221). Toute élévation (...) doit avoir un côté exposé à leur influence [des vents], et un autre qui en soit à l'abri (BERN. DE ST-P., Harm. nature, 1814, p. 217).
[Le compl. désigne un point cardinal] Qui est orienté vers. Un grand treillage exposé au midi et qui regarde le bois d'Armand (SENANCOUR, Obermann, t. 1, 1840, p. 52) :
J'avais même fini par décider qu'il [le petit déjeuner] aurait lieu à la terrasse des Deux Magots, côté exposé à l'est, face au porche de Saint-Germain-des-Prés.
VAILLAND, Drôle de jeu, 1945, p. 83.
♦ [P. ell. du compl. prép.] Bien, mal exposé. Qui jouit d'une orientation favorable (généralement vers le Sud) ou défavorable (généralement vers le Nord). Des espaliers fort bien exposés qui produisaient des pêches magnifiques (STENDHAL, H. Brulard, t. 1, 1836, p. 168). Il y a encore au mois de juin, des deux, des trois pieds de neige dans les parties mal exposées (RAMUZ, Gde peur mont., 1926, p. 14).
2. [Correspond à exposer B 3; en parlant d'une pers. ou d'un groupe soc.] Qui est menacé de. Son empire est plus faible et plus exposé aux dangers d'un renversement (MAINE DE BIRAN, Journal, 1814, p. 4). L'extraverti est plus exposé que quiconque à cette diffraction de la force réflexive (MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 652).
[Construit avec un inf.] Un bal est un lieu où l'on est plus exposé à pécher que dans beaucoup d'autres (GYP, Mar. Chiffon, 1894, p. 71).
Absol., vieilli
♦ Qui court un danger de vie ou de mort. Ce qui est atroce, ce sont les exécutions. (...) Montmorin de Fontainebleau est très exposé (STAËL, Lettres L. de Narbonne, 1792, p. 4).
Au fig. Qui court un danger social. Un homme est si exposé au théâtre (AUGIER, Mar. Olympe, 1855, III, p. 238).
P. ext. [En parlant d'un lieu; le compl. prép. désigne un danger pour ses habitants] Les nations (...) dont les frontières sont le plus exposées (MARITAIN, Primauté spirit., 1927, p. 135). Cf. aussi déprédation ex 1.
C.— [Correspond à exposer C; en parlant d'une œuvre de l'esprit] Qui est présenté avec les explications nécessaires. Bien, mal exposé. Un mémoire sincère et bien exposé sur la question des frères (LAMART., Corresp., 1836, p. 237).

exposé [ɛkspoze] n. m.
ÉTYM. 1690, Furetière; p. p. subst. de exposer.
1 Un, l'exposé de… : développement oral ou écrit par lequel on présente, on expose (un ensemble de faits ou d'idées). Analyse, description, développement, énoncé, narration, rapport, récit. || L'exposé des faits, de la situation. || Faire un exposé complet de la question. || Exposé chronologique. Historique. || L'exposé d'une mission. Compte (rendu). || Exposé sommaire d'un sujet à traiter. Argument (→ Droit, cit. 12). || Exposé d'une doctrine, d'une théorie. || L'exposé raisonné du dogme (cit. 4) chrétien.
1 Ils faisaient à la cour un exposé faux, et par conséquent dangereux des forces que le parti de ce prince avait en Écosse et en Angleterre.
d'Alembert, Éloges, Milord Maréchal.
Dr. || Exposé des motifs : considérants qui précèdent le dispositif d'un projet, d'une proposition de loi, etc.
2 (Déb. XXe). Absolt. (Un exposé). Bref discours sur un sujet précis, didactique. || Faire un exposé devant de nombreux auditeurs. || Exposé oral. Conférence, discours; (fam.) laïus, topo; et aussi l'anglic. briefing. || L'épreuve orale de cet examen consiste en un exposé de dix minutes sur un sujet du programme. || Exposé didactique. Enseignement, leçon. || Exposé scientifique, littéraire. || Entendre un bon exposé sur une question. || Exposé ennuyeux. || Exposé écrit. Écrit, état (I., 4.), mémoire, note. || Vous déposerez le texte de votre exposé au secrétariat. || Exposé diplomatique. Mémorandum.Exposé clair, limpide; exposé complet, à jour (→ Combler, cit. 10); exposé détaillé ( Détail). || Exposé long, obscur (→ Couper, cit. 33). || Exposé sommaire, succinct. Aperçu, résumé.
2 Dans la bouche diserte du diplomate, la Marne, la Somme, Verdun, — ces noms qui, jusqu'alors, évoquaient pour Antoine des souvenirs concrets, personnels et tragiques, — devenaient, dépouillés soudain de leur réalité, les jalons précis d'un exposé technique, les têtes de chapitre d'un manuel pour les générations futures.
Martin du Gard, les Thibault, t. VIII, p. 259.

Encyclopédie Universelle. 2012.